Les réponses

 

dyn002-original-160-160-gif-2569632-bd2fd687ed471296fa667ca1527d28c3-1.gifSOLUTIONS AUX QUESTIONS :


la-charriere-deraillement-22-09-1909-mini-1.jpg


Quel est le Guillon qui s'est marié sous le prénom de Jean Pierre, prénom qui n'était pas le sien ?

En fait il y avait un piège. Aucun Guillon ne s'est marié sous le prénom de Jean Pierre. Par contre, le jour du mariage de Louis GUILLON et de Magdelaine GUILLOTEAU, le frère de cette dernière se mariait sous le prénom de Jean-Pierre, lui qui s'appelait Pierre François Jean...

Vous avez sur le site la photo d'Elisa RIFFAULT notre aïeule. Elle porte une coiffe. Quels sont les 2 noms donnés à cete coiffe ?

Cette coiffe portait 2 noms en effet : la "capette" ou le "capot retourné" en cas de deuil.

Sur les bords de la Courance on fabriquait du boulanger et de la baguette. Qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit de deux types de tissus. Le boulanger était une laine grise tachetée de blanc, foulée à plein moulin. La baguette (appelée aussi camelot ou frison) était une pure laine, de qualité très inférieure, utilisée principalement pour des vêtements de femmes...

Avec la révolution, des villes ont changé de nom. Comment s'appelaient en 1793 :

   - Argenton Château (79)ARGENTON LE PEUPLE

   - Sainte Verge (79) : VERGE LES FONTAINES

   - Fontenay le Coimte (85) : FONTENAY LE PEUPLE

La FOYE MONTJAULT était très connue des rois de France de 1400 à 1600. Pourquoi ?

Jusque sous Henri IV, le vin de la table royale était le vin de La Foye Montjault et Rabelais le cite dans ses écrits.

Quel était l'impôt en vigueur au moyen âge dans le village de La Pionnière, paroisse de La Peyratte ?

Le hameau devait fournir en permanence 3 hommes pour la défense de Parthenay.

Dans le cimetière d'Aulnay (86), on a découvert 3 tombes très anciennes. Lesquelles ?

Il s'agit de 3 tombes de soldats gallo-romains, trouvées près des vestiges du camp gallo-romain de Aunedonnacum qui donna son nom à la ville.

En patois, on disait "drôlesse" ou "garce" quand on voulait parler d'une fille. Mais quel mot était employé quand on parlait de jeune fille ?

Une druyère.

La sécheresse de 1976 fut bénéfique dans le marais. Pourquoi ?

Une voie romaine (traversant les terres de la ferme des Fragnées), traversait le marais à gué lors des marées basses. En 1976, près du tracé de cette voie, on découvrit un char d'apparat romain enfoui sous la vase.

Au XIXème siècle, il existait une foire où l'on ne vendait que des mules ? Où ?

A Sainte Néomaye, on ne vendait que des mules, même pas un seul âne ni un seul cheval.

En patois comment disait-on être ivre ?

Etre brindzéy !

Qui étaient les nommés Bories, Goubin, Raoulx, Pommier ?

Les 4 sergents de la Rochelle.... Il reste une tour à qui on a donné le nom des 4 sergents.

Un fils de notaire vendéen, eut l'idée de fonder à Niort en 1921 une société de transport de voyageurs et de relier entre eux et vers Niort plusieurs villages du département qui ne bénéficiaient pas de moyens de communication réguliers. Puis une extension aux transports de marchandises fut même crée pour sillonner toute la France. Malheureusement, l’entreprise ferma en 1978. Quelle était cette marque de transport ? Quels étaient les nom et prénom du créateur ?

Landry BRIVIN fils de notaire vendéen, eut l'idée de fonder à Niort en 1921 une société de transport de voyageurs et relier entre eux et vers Niort plusieurs villages du département qui ne bénéficiaient pas de moyens de communication réguliers.

Bientôt l'ensemble des lignes fut réalisé améliorant les échanges économiques et humains de la région ; puis une extension de transport de marchandises des établissements Brivin fut même crée qui sillonna toute la France.

Malheureusement, la généralisation de la voiture automobile particulière freina l'activité de l'entreprise et l' accula à la fermeture en 1978.

 

La rue des piques est l’ancien nom de la rue de Verdun. D’où venait ce nom ?

On avait installé dans cette rue des piques fichées en terre. Et elle servaient à "accueillir" les têtes des guillotinés ...

 

Rue Victor Hugo s’élève un bel édifice anciennement quincaillerie. Comment s’appelait cette quincaillerie ?

Cette quincaillerie, appartenant longtemps à la famille VEILLON, s'appelait "à la ménagère". Son nom était gravé sur le fronton (nom que j'avais volontairement gommé pour vous présenté la photo du magasin).

rue-victor-hugo-1.jpg

On se plaint éventuellement de quelques centimètres de neige sur nos routes en hiver. Le 6 janvier 1709 il tomba une énorme quantité de neige sur la région Poitou-Charentes : jusqu’au licol des chevaux !  Mais qu’est-ce qui causa le plus de dégâts dans la population en gelant dans les maisons ?

En fait l'eau gelée dans les puits pouvait être remplacée par de la neige et de la glace récupérée dehors et fondue dans la cheminée. Mais le pain complètement glacé ne pouvait pas être décongelé au micro ondes. Cette denrée fort utilisée, ne pouvait pas être décongelée devant le feu ou sur le feu au risque de bruler ou de ne pas fondre compte tenu du froid dans les maisons. C'est ce qui fit le plus de mal à la population.

 

Qu’est-ce que « la petite église » des Deux Sèvres ?

La PETITE EGLISE des Deux-Sèvres, également appelée Petite Église de Vendée, est une Église née des suites de la Révolution française.

Phénomène religieux peu étendu géographiquement, il se concentre aujourd'hui dans le Nord-ouest du département,essentiellement à Courlay Cirières et Montigny. La petite église compte toujours plusieurs centaines de fidèles de nos jours.

Cependant ce culte, dont les membres sont désignés sous le nom de « dissidents », a participé depuis plus de 200 ans à l'histoire du Bocage laissant son empreinte au niveau de la mentalité, de la culture locale comme de la politique.

 

Le général LECLERC est mort dans quelle commune de la région ?

Je parlais du général Gautier dit Leclerc et non du général, devenu maréchal, de Hauteclocq dit Leclerc. Le général Jean Pierre LECLERC est né en 1766 et est décédé en 1821 à MARNES. Il fut général des armées de la République et de l'Empire.

 

Un de nos ancêtres avait comme métier celui de « passager ». En quoi cela consistait-il ?

Le passeur en bateau !

passeur-nb-1.jpg

En l’année 830, qu’est-il arrivé aux villages devenus aujourd’hui Marans et Coulon ?

Les vikings arrivèrent en longeant les côtes depuis la Bretagne. Ils brûlèrent un petit village de pêcheurs installés approximativement sur le site actuel de MARANS.

Ils continuèrent ensuite dans le golfe des pictons pour atteindre le fond du golfe, l'actuelle COULON.

Ils attaquèrent le village, tuèrent une large partie des habitants et brûlèrent toutes les maisons. Ils firent main basse sur les animaux et les réserves de nourriture avant de repartir sans entrer dans l'estuaire de la Sèvre et remonter à Niort.

Dans tout l’ouest de la France, avec quoi brossait-on les tissus réalisés en laine (cette tâche correspondait au travail du lainier) ?

Le lainier utilisait des têtes de cardères, le chardon en photo ci-dessous). Dans le patois de la région, ce chardon est appelé d'ailleurs "peignera", ce qui signifie "peigne draps"...

caillaude-04-chardons-a.jpg

A Niort, la place de la Brèche servit de champ de foire, de zone d’exercice militaire, de lieu d’exposition, de rassemblement de manifestations, de stade de sport. Fut-elle un jardin public avec plan d’eau ?

Oui il y eut un jardin public avec un bassin et même un petit pont pour passer au-dessus de l'eau comme le montrre cette carte postale.

niort-la-breche.jpg

Comment aurait du s’appeler le département de Vendée si l’on avait respecté les souhaits de la population locale lors de sa création ?

La proposition des représentants du peuple fut "LES DEUX LAYS". Mais les deux porteurs du projet qui le présentèrent étaienbt si moches, si laids, qu'il fut décidé à Paris contre l'avis des vendéens, que le département porterait le nom du petit fleuve VENDEE.

En 1977, on constate qu’il ne reste au monde que 44 baudets du Poitou. En 1982, l’asinerie de Dampierre sur Boutonne, a lancé une opération de reconstitution du cheptel et de recréation de baudets pouvant être réintégrés dans la race. Pour ce faire il fallut acheter 18 ânesses pouvant être saillies par des baudets de pure race… A chaque génération, la femelle croisée obtenue doit être à son tour saillie par un baudet de race pure. Ce mode de croisement permet d’obtenir à la septième génération un produit à 99,2 % poitevin (127/128e de sang poitevin) susceptible d’être réintégré dans la race d’origine. L’an passé, 409 ânesses de race baudet du Poitou ont pu être saillies. Mais au fait quelle était l’origine des 18 ânesses achetées ?

Elles furent importées du Portugal.

Que vendait-on dans le marais poitevin sous la marque HIRUDIA jusqu’en 1950 ?

commerce-de-sangsues.jpg

Qu’est-ce qui est représenté sur les frontons des 3 portes d’entrée des halles de Niort ?

Niort était réputée pour ses foires et ses marchés, pourvue des halles parmi les belles du royaume; le bâtiment actuel composé de verrières, fonte et acier, que l'on contemple sur la place du donjon a été construit en 1869, et c'est le troisième marché couvert de la ville.
Les frontons des 3 portes d'entrée sont ornés de moulures en fonte représentant le Dieu Mercure, la déesse de la moisson Cérès, et des produits de l'agriculture…
L'horloge est surmontée par les armoiries de Niort.

PRISSE LA CHARRIERE auprès de Jean MOULIN pendant la dernière guerre ?

Jacqueline DE LA ROCHEBROCHARD, mariée PERY D’ALINCOURT est née en décembre 1919 à LA CHARRIERE (79).

Jeune veuve de guerre, elle décide de rejoindre la Résistance en 1942. Elle est alors recrutée par un proche collaborateur de Jean MOULIN, pour coder les messages destinés au Bureau central de renseignements et d'action (BCRA).

Après l'arrestation de Jean MOULIN, le 21 juin 1943, à CALUIRE, près de LYON, la jeune femme est chargée de trouver les "boîtes aux lettres", endroits où étaient déposés les courriers de la Résistance. Arrêtée le 24 septembre 1943 à PARIS, elle est torturée pendant cinq jours par la Gestapo qui tente vainement de la faire parler.

Emprisonnée à Fresnes, elle est ensuite déportée en avril 1944 à Ravensbrück, où elle partagera pendant des mois la même paillasse que Geneviève Anthonioz de GAULLE, qui fonda plus tard le mouvement humanitaire ATD Quart Monde.

Au moment de la libération du camp, elle fait partie des quinze femmes retenues en otage. Himmler tente alors de se servir de ces femmes comme moyen de chantage en se réservant la possibilité de les faire exécuter. Sauvée par la Croix-Rouge suédoise, elle quitte le camp de concentration en avril 1945. Elle est décédée début 2009.

Avant 1900, quelle était la contenance en litres de la barrique des Deux Sèvres ?

Savez vous qu’avant 1900, il existait plusieurs contenances pour les barriques, ce qui devait simplifier le négoce...
•    les barriques d’Anjou et de Provence faisaient 220 litres,
•    celle dite de Cognac 205 litres,
•    celle des Deux Sèvres 295 litres,
•    et celle de la Drôme, par exemple faisait 210 litres…

Quelle est cette construction et où se trouve-t-elle ?

  • Propriété de la famille Coulleau Du Vigneau en 1463, ce pigeonnier faisait ensuite partie des bâtiments de la Poste et donc devint le pigeonnier de la poste royale de Sauzé.
  • C’était l’époque bénie où le moyen le plus rapide pour faire parvenir un message était le pigeon voyageur… Pas de sauvegarde, pas de bugs, pas de touches fonctions, pas de langage bizarre …

quiz-x01.jpg

Quel drame eut lieu le 14 novembre 1910 à Niort ?

  • Il s’agit de l’effondrement de la toiture de l’église Notre Dame.
  • Tout ce qui tombe du ciel, dit-on, est béni. Ceux qui auraient pu se trouver sous les voûtes de l’église Notre-Dame, auraient eu quelque raison de douter… À 17 h 55, ce jour-là, le pilier angulaire du chœur et du transept a cédé entraînant les voûtes adjacentes et leur toiture. Pas une âme dans le chœur, pas le moindre blessé.
  • La catastrophe s’est jouée en deux temps, avec réplique façon séisme. La même source nous apprend que le lendemain à midi et demie, un deuxième pilier tombait  emportant dans sa chute, la ruine totale de l’église.

niort-eff-nd-14-nov-1910.jpg

 Le nombril du monde se trouve dans le département. Dans quelle commune et quel lieu-dit ?

  • Cet endroit se situe dans le hameau du Hérisson, lui même partie intégrante de la commune de Pougne-Hérisson.
  • Il est marqué par une pierre.
  • Il est indiqué sur place qu’il serait le point exact à mi chemin entre La Mecque et l'île de Pâques... ce qui est une blague car la distance entre ce lieu dit et l'île de Pâques est presque trois fois plus importante que la distance séparant La Mecque du Nombril du Monde. Vous n'avez qu'à tenter l'expérience en regardant sur un globe terrestre (plus parlant que la carte).

nombril-du-monde.jpg
Quels objets du chef de la brigade de gendarmerie retrouva-t-on dans un lit de la maison hantée de Frontenay Rohan Rohan ?

  • C’est toute l’histoire réunie là, de la « maison hantée » de  Frontenay Rohan-Rohan qui, des semaines durant, passionna l’opinion non seulement de la région du Poitou, mais encore de la France entière. Rocambolesque histoire qui fit pour un temps de la capitale des Deux-Sèvres, le rendez vous des journalistes les plus célèbres de l’époque.
  • Une habitation située à la sortie ouest du bourg de Frontenay, au bord de la route nationale et dans laquelle vivaient un journalier, son épouse âgée de 77 ans et leur petite-fille d’une quinzaine d’années étaient devenue le théâtre d’inexplicables phénomènes qui se produisirent en mai 1943 et surtout dans la nuit du 21 au 22 novembre 1943 et les jours suivants.
  • Les gendarmes de la brigade locale, au terme d’une enquête au cours de laquelle ils ne ménagèrent pourtant pas leurs efforts, ne parvinrent pas à déceler les causes de cette singulière valse d’objets divers. Un renfort leur fut apporté le 26 novembre par le Capitaine Emile Tizane, commandant la brigade de  Melle, attaché plus tard à la Direction de la Gendarmerie Nationale et spécialiste incontesté des affaires de phénomènes paranormaux.
  • Des objets changeaient continuellement de place. D’autres projetés plus ou moins loin, se brisaient en tombant. Renversé, un lourd buffet fut endommagé. Le képi d’un gendarme enquêteur fut déplacé. On constata même, une nuit, la disparition du stick et des gants du Capitaine de gendarmerie Tizane ! On les retrouva, le lendemain, au beau milieu du lit dans lequel avaient couché l’adolescente et sa grand-mère.
  • Conduite à l’hôpital de Niort « non en qualité de malade mais pour y travailler », la jeune fille, que plusieurs de ses anciens voisins avaient vu être renversée de sa chaise « comme par une force mystérieuse », adroitement interrogée par un médecin psychiatre, avoua être l ‘auteur des faits qui, des jours durant, avaient laissé perplexes voisins et enquêteurs.

 
Quel est le premier super marché ouvert dans la région ? Où se trouvait-il ?

  • Il s’agit du drugstore américain de Chizé.

carte-chize-mairie.jpg

  • Le drugstore avait ouvert en 1952 sur la base américaine pratiquement dès l’ouverture de celle-ci. Cette base avait été bâtie sur 800 ha au sud de la forêt.
  • Ce camp fonctionnait comme une ville autonome avec cinéma et drugstore.
  • Ce dernier  était réservé aux 4.000 soldats US et à leurs familles.


Quelle rivière qui coule dans les Deux Sèvres change de nom quand elle arrive dans le département voisin ? Quels sont ses 2 noms ?

  • L'Autize (en Deux-Sèvres) ou Autise (en Vendée) coule dans les deux départements.
  • C'est un affluent de la Sèvre Niortaise.

85-chateau-de-denant-a-nieul.jpgUn château détruit à NIEUL / AUTISE

L'ancienne forêt d'Argenson regroupait quelles forêts actuelles ?

  • Elle recouvrait les forêts de Chef Boutonne, d’Aulnay et d’Aunis.
  • De cette forêt d’Aunis il ne subsiste aujourd’hui qu’une toute petite partie, la forêt de Chizé. En effet cette forêt d’Aunis commençait à Benon pour aller au-delà de Chizé.


La confrérie des Chevaliers de Saint Antoine, qui œuvre sur toute la région Poitou-Charentes, s'est donné quelle mission ?

  • Créés en 1966 les chevaliers de Saint-Antoine se donnent pour mission de défendre la viande de porc et toutes les fabrications charcutières typiquement régionales, en particulier le grillon charentais.
  • Ils sont organisés en deux bailliages en Poitou-Charentes : le bailliage d’Angoumois, Aunis, Saintonge et le bailliage Sèvres-Poitou.
  • Hum,  je rêve d’être chevalier de Saint Antoine…


Quelle ville de la région, avait comme premier nom "l'ile surgie des mauvaises eaux"?

  • Il s’agit du promontoire sur lequel fut érigée Maillezais.
  • Maillezais s’appelait à l’origine « Insula Malleacensis » ce qui signifie littéralement : l'île surgie des mauvaises eaux…

85-maillezais.jpgLe premier président du conseil général des Deux Sèvres avait un prénom commençant par N. Lequel ?

  • Comment ? Vous n’avez pas trouvé Nelzir ?
  • Et pourtant le premier président du Conseil Général des Deux-Sèvres s’appelait Nelzir Allard.

On entend quelques fois une expression en patois : "tarzaqueurva !". Que signifiait-elle à l'origine ?

  • Aujourd’hui cette expression est considérée comme un juron, une insulte.
  • En fait c’était tout le contraire à l’origine, car cette expression était un souhait, vœux agréable et chaleureux…
  • Cela signifiait « tarde à crever » donc meurt le plus tard possible, reste en bonne santé…


Quelle est cette construction  et où se situe-t-elle ?

quizz-x21.jpg

  • Cette construction est la piéta de ST SIGISMOND

 

Quelle est cette construction et elle se trouve où ?
Il s’agit d’un pigeonnier qui s’élève sur la commune de SAINT GEORGES DE REX dans les Deux Sèvres.

quiz-x11.jpgIl s’agit d’un pigeonnier qui s’élève sur la commune de SAINT GEORGES DE REX dans les Deux Sèvres.

Quelle est l'origine du nom de SURGERES ?

  • Le nom de la ville proviendrait du nom de la rivière qui la traverse, la Gères : sur Gères…
  • Le lieu de source de la Gères est situé dans la commune de Saint Mard, plus précisément au lieu-dit la Fontaine des Pèlerins, à environ un kilomètre à l'est du bourg de Saint-Mard. Ce lieu de source se situe à une trentaine de mètres d'altitude. Six kilomètres après sa source, la Gères arrose Surgères.
  • Cette rivière se jette dans la Devise qui est un des affluents de la Charente.


Où se trouve la baignoire de Mélusine et quelle est son histoire ?

  • La légende dit que la fée Mélusine survolant la forêt d’Aunis, dont il ne reste qu’une partie aujourd’hui appelée forêt de Chizé, vint à se reposer sur une vieille souche. C’était un vendredi soir et, avant minuit comme chacun sait, la belle devait absolument trouver un point d’eau pour y baigner la queue de serpent qui remplacerait bientôt ses belles gambettes.
  • Elle fit donc jaillir de sept glands posés en cercle sur le sol d’une clairière un chêne à sept troncs. Au centre desquelles une vasque naturelle se remplit d’eau. On appelle depuis cette vasque la baignoire de Mélusine.

melusine.jpg

  • La tempête de 1999 avait abattu un de ces troncs, trois autres ont étés coupés depuis et sur les trois subsistants aujourd’hui un seul a reverdit. Ce chêne n’est plus que l’ombre de lui même, mais la baignoire semble pouvoir encore servir.


Qui était la grand-mère de l'Europe et où habitait-elle ?

  • Les protestants, très nombreux dans cette région, furent l’objet de répression, les dragonnades.
  • Un petit propriétaire terrien, disposant d’une petite ferme fortifiée au lieu dit Pissotte, quitta ses terres lors de ces dragonnades. C’était la famille d’Eléonore DESMIER propriétaire du terrain d’Olbreuse. Elle émigra, puis se maria avec un BRUNSWICK et eut une fille Sophie-Dorothée de BRUNSWICK qui, elle, se maria à GEORGES 1er de HANOVRE, en 1714.
  • Ce roi est l’ancêtre de la reine VICTORIA, et donc de : ELIZABETH II reine d’Angleterre, JUAN CARLOS Ier d’Espagne, BEATRIX des Pays Bas, ALBERT II de Belgique, MARGRETHE de Danemark, HAAKON de Norvège, GUILLAUME de Luxembourg.
  • Voici pourquoi on l’appelle la grand-mère de l’Europe. Il est à noter que nous avons des DESMIER dans nos ancêtres, mais je n’ai à ce jour pas trouvé de lien avec la lignée de cette grand-mère qui aurait alors été aussi notre cousine, tout comme la reine d’Angleterre et ses cousins !!!
  • Les filles ça vous aurait plu d’être « cousine » avec le beau Charles mari de Camilla ?

olbreuse-plaque.jpgQuel est la signification du nom de "fragnées" ?

  • Frâgne ou frâgnes est un mot français, issu du latin, variante locale du mot frêne. En patois on dit encore un frâgne au lieu de prononcer frêne.
  • Une fragnée était un lieu planté de frâgnes.


Nos ancêtres dans le travail de la laine étaient cardier, cardeur. Quels étaient ces métiers ?

  • On utilisait des instruments appelés « cardes » pour nettoyer la laine, enlever les impuretés, et la démêler. Il s’agissait de pointes de fer, un peu comme un peigne métallique.
  • Le cardeur prépare la laine en la faisant passer entre les pointes de fer de la carde, démêlant le poil, éliminant les impuretés. Il en tire un ruban cardé.
  • Le cardier fabrique les cardes servant au cardeur.


Comment s'appelait l'avion de GUILLON André, un homonyme, dans les années 1930 ?

  • André Guillon fut architecte, né en 1896 à Saint Jean d’Angély, mort en 1992.
  • Il est l'auteur de plusieurs salles de spectacle de la région, construites selon la mode du style Art-Déco des années 1920-1930. Il était passionné par l'automobile, l'aéronautique et le cinéma.
  • Il est l'auteur du Cinéma Eden de Saint-Jean-d'Angély, du cinéma Apollo de Rochefort sur mer, du théâtre de La Rochelle, de l’Eden de Niort, mais fut aussi architecte industriel : la laiterie à Saint Jean d’Angély, celle de Rochefort, un silo de la minoterie de Courçon…
  • Il construisit un minuscule avion, Le Pou du Ciel, selon le schéma d’Henri Mignet.

guillon-andre.jpgQuelle était la coutume, bien ancrée dans la famille GUILLON au 1er mai de chaque année ?

  • Il s’agit en fait d’une coutume du canton de Beauvoir sur Niort et donc qui était suivie à Prissé et donc dans la famille GUILLON…
  • Le 1 er mai, ou du moins dans la nuit du 30 avril au 1er mai, les jeunes gens allaient dans toutes les fermes et les jardins pour tenter de prendre les brouettes… Ensuite chaque brouette était cachée dans un endroit insolite, le plus souvent au faitage d’un grand arbre…
  • Les garçons GUILLON les plus assidus dans ces opérations furent Léonce et Fernand. D’abord ils cachaient leurs brouettes dans l’étable, entre le chien et le taureau. Ensuite ils allaient faire leurs raids chez les voisins… voire dans les villages alentour…
  • En fait le vrai but de la manœuvre était de se retrouver ensuite, tous les jeunes du village, autour d’un verre pour saluer les succès des uns et les défaites des autres…

freres-cousinade-2000.jpg Quelle ancêtre vécut 5 ans sans avoir de nom ?

  • PALISSIER Marie Henriette Léontine, grand-mère de notre aïeule Gabrielle PARLOT, a eu une enfant hors mariage.
  • Cette enfant fut abandonnée. A sa naissance, elle fut enregistrée sans nom, seulement avec les prénoms de  Mélina Celvine, trouvée le mercredi 23 mai 1860 à NIORT (79) et enregistrée le mercredi 30 mai.
  • Elle fut reconnue par sa mère et par SUIRE Pierre, le jour de leur mariage le 27 juin 1865 et devint alors SUIRE Mélina Celvine.


Quelle est l'origine du prénom Toussaint que nous avons chez nos anciens ? Un indice, la même que Tifaine et Ozanne...

  • Il s’agit d’une appellation mystique pour l’enfant né un jour de fête religieuse.
  • Pour Toussaint il s’agit du jour de la fête de tous les saints.
  • Pour Ozanne il s’agit de la fête des rameaux, pour Tiphaine (ou Tifaine, Tiffaine) il s’agit du jour de l’épiphanie, et pour Noël …


Outre les cardiers, cardeurs, nous avons 2 familles de tissiers chez nos anciens. Quel était l'objet de son travail ?

  • Le tissier était également appelé le peigneur. Son travail venait après celui du cardeur et consistait à enlever les matières végétales ou terreuses encore attachées au ruban cardé.

 

Comment indiquait-on l'âge des jeunes filles à marier aux XVIII et XIXèmes siècles ?

  • En fait on mettait les filles à marier sur le trottoir… Rien à voir avec ce que l'expression signifie présentement.
  • Autrefois c'était la fille à marier que l'on mettait ainsi en évidence, de place publique en place publique.
  • A Niort était un usage très en rapport avec notre expression. Les mères de famille des environs, nanties de fille de 15 ans et au-dessus, ne manquaient guère de les mener à la foire afin de montrer et faire connaître leurs filles. Ainsi dans la région comptait-on l'âge d'une fille à marier à son nombre de foires de Niort. On disait : elle a tant de foires. Et comme l'âge de 15 ans correspondait à la première apparition sur le grand théâtre on en déduisait son âge.


Quelle ville devait être le chef lieu de département à la création du département, selon le souhait des élus locaux ?

  • Le 7 juin 1790, ont lieu les élections de l’administration départementale des nouveaux départements créés suite à la Révolution.
  • Les 31 membres de l’assemblée votent en un seul tour le choix du chef lieu de département : PARTHENAY avec 18 voix, NIORT avec 8 voix, SAINT MAIXENT avec 5 voix.
  • L’assemblée constituante, recevant ces résultats, les refusa et décida sans consultation, par son décret du 16 septembre 1790 de fixer NIORT comme chef lieu du département, malgré, de plus, la position excentrée de la ville dans le département.


Citez un constructeur automobile niortais ?

  • Il y eut les voitures Barré, les gazolines Levrault et les Tirbois.
  • Gaston Barré est né en Maine et Loire à Cholet en 1864. Très jeune, il s'intéressa aux 2 roues et s'établit à Niort à la fin du XIXème siècle comme « loueur et fabricant de cycles ». Puis il se lance dans la fabrication de véhicules à moteur (photo Barré Rot 1912). Avant la Grande Guerre, les voitures Barré remportent plusieurs succès dans le tout nouveau Tour de France automobile. L'entreprise emploie 250 ouvriers dans les années 1920 et produit un véhicule par jour. Il lance l'un des premiers services après-vente de France et les premiers véhicules utilitaires.

barre-1912-rot.jpg

  • Albert Levrault, avant 1910, fabriquait des automobiles à l'image de celle de la photo (Type D de 1908, une quatre cylindres de 18 CV à transmission par cardan). Son garage était installé 39 rue des Piques, le siège social étant 5 rue de la Gare. 

levrault-1908.jpg 

  • Abel Tirbois qui s'est installé à Niort rue du 24 février en 1906 à la demande de Gaston Barré chez qui il avait appris son métier. A cette date Abel Tirbois et ses compagnons travaillent presque exclusivement pour les usines Barré. En 1927 "l'élève" de Gaston Barré compte bientôt 20 années d'expérience à son compte et coupe définitivement le cordon ombilical qui le relie à son maître depuis son installation. Les usines des automobiles Barré sont sur le point de fermer et Tirbois carrosse toujours avec une réussite qui va perdurer pendant plusieurs décennies. Il fabriquera des modèles tant de luxe sur base Panhard Levassor ou Bugatti, ou des autocars ou camionnettes sur base de Panhard et De Dion Bouton.

citroen-c6-1932-tirbois-niort.jpgEt comme Djack nous a parlé des autocars TIRBOIS, en voilà 2 exemples

tirbois-2-1.jpg

Donnez l'année du dernier accostage d'un bateau de pêche venant de l'Ile de Ré dans le port maritime de Niort ?

  • Le 25 janvier 1917, l’un des derniers bateaux à accoster à NIORT est une chaloupe à moteur « L’Ile de Ré » et des centaines de niortais sont là pour le spectacle de déchargement du poisson…
  • Moment important la presse locale s’en fit état et présenta en première page cette photo.

1917.jpg 

Comment s'appelait le niortais devenu vice roi de Buenos-Aires ?

  • Jacques de Liniers, également connu sous le nom espagnol de Santiago de Liniers y Bremond est né à Niort en 1753. C’est un militaire d'origine française qui sert successivement dans l’Ordre de malte, puis dans la cavalerie française. Vers 1800, il s’engage comme officier dans la marine espagnole.
  • Il participe aux opérations espagnoles en Argentine. Il est nommé comte de Buenos Aires, puis vice-roi de Rio de la Plata de 1807 à 1809. Il est le héros espagnol qui repousse les invasions anglaises du Rio de la Plata, et nommé vice Roi de Buenos Aires. Monarchiste, il est arrêté lors de la Révolution de 1810. Puis il est finalement exécuté par les argentins  dans la petite ville de Cabeza de Tigre, dans la province de Cordoba.
  • Un quartier de Buenos Aires porte son nom ainsi qu'une gare de chemin de fer et le marché bovin de la capitale argentine, le plus vaste du monde. A Niort, un buste de Jacques de Liniers fut érigé à un angle de la rue Alsace-Lorraine, pour honorer sa mémoire. Il s'y trouve aujourd'hui encore. Enfin il existe aux Buttes Chaumont à Paris une allée qui porte son nom (parfois nommée "Jacques de Linières").

santiago-de-liniers.jpg 

Citez une plante de la famille du céleri et de l'anis qui pousse localement ?

  • Il s’agit bien sûr de l’angélique !
  • Au XIIème siècle, cette plante de la famille des ombillifères (anis, céleri, mais aussi carottes ou cerfeuil), riche en fibres, est consommée comme légume dans les pays scandinaves.
  • Au XIVème siècle, on la cultive pour ses vertus médicinales (elle est stimulante, dépurative et expectorante), dans les jardins de monastères, jusqu'à ce que des religieuses niortaises, aient l'idée de la confire et d'en faire des liqueurs...
  • Au XVIIIème siècle, l'angélique est l'objet d'un commerce florissant à Niort...

angelique.jpgComment s'appelait la région du marais poitevin avant que la mer ne se retire ?

  • 8000 ans avant JC, nous avions en ses lieux et place l’Océan Atlantique et plus particulièrement le golfe des Pictons.
  • En effet l’Océan venait jusqu’aux portes de ce qui allait devenir Coulon, Sansais, Mauzé, Epannes, etc
  • Un peuple celtique, originaire de l’actuelle Ecosse, s’installa sur les rives de la Gaule. Il s’agissait des Pictes, plus tard appelés Pictaves, puis Pictons. Ils s’installèrent d’abord dans les iles du golfe constitué par l’actuelle baie de l’Aiguillon (les territoires de l’actuelle Tranche sur Mer, Aiguillon, La Faute sur mer), l’actuel marais poitevin (marais mouillés et marais secs), etc…
  • On donna leur nom au golfe qu’ils avaient investi. Voici la carte des implantations de villages pictes avant l’arrivée des romains.

pictons.jpgMAUZE SUR LE MIGNON fut un port de l'Atlantique. Vrai ou faux ?

  • Vrai et faux.
  • Oui, le golfe des pictons venait aux portes de l’actuelle MAUZE comme vu précédemment.
  • Non, il n’y a trace nulle part de la construction d’un port par les tribus pictes.


Comment s'appelait l'ingénieur hollandais qui dirigea les travaux d'assainissement du marais ?

  • Il s’agit de l’ingénieur Humphrey BRADLEY.
  • Henri IV le nomme Maître des digues et canaux du royaume en 1599. Avec plusieurs associés protestants comme lui originaires de l’actuelle Hollande, il entreprend plusieurs assèchements en Aunis, en Languedoc et en Auvergne. De nombreux ingénieurs et financiers hollandais vont le suivre dans le marais poitevin, car les travaux furent financés par eux. Outre la propriété de la moitié des terres asséchées, exemptées d'impôts pendant vingt ans, Bradley et ses associés bénéficieront de la naturalisation française au bout de deux ans.


Quelle est la sainte du marais ?

  • Il s’agit de Sainte Macrine.
  • Vers le VIII ème siècle, Macrine, sa sœur Colombe et une amie Pezenne elle-même née en Espagne, arrivèrent près de SAINTES. Poursuivies par un chef barbare Olivier, elles s’enfuirent. Après moult pérégrinations, Pezenne mourut et fut enterrée près d’un village qui aujourd’hui porte son nom. Puis les deux sœurs trouvèrent refuge près de MAGNE (au coteau Sainte-Macrine).
  • A la fontaine du buisson, un laboureur se lamentait que son bœuf se soit écorné à un vieux pied d’aubépine. Macrine prit la corne et la remit en place. Depuis lors Macrine est représentée avec une corne de bœuf à la main et surnommée la sainte du marais.

magne-ste-macrine-2008-06-18-ad-plaque.jpgOù est née Madame de Maintenon la seconde femme du Roi Louis XIV ?

  • Françoise d’Aubigné, fut épouse de Paul Scarron puis nommée marquise de Maintenon. Gouvernante des enfants de Louis XIV, elle épousera secrètement le roi à la mort de la reine.Il est facile de dire que Madame de Maintenon est née à Niort en effet.
  • Moins facile est de dire qu’elle est née dans la prison de Niort où sa mère était enfermée avec son père.
  • Ce père, Constant d’Aubigné était le fils du célèbre poète Agrippa d’Aubigné ami du Roi Henri IV. Il a abjuré sa foi protestante en 1618, assassiné sa première femme en 1619, puis rapidement dépensé la dot de sa deuxième femme. Ses relations d'affaires avec les Anglais sont à l'origine des suspicions d'intelligence avec l'ennemi qui le font enfermer à la prison de Bordeaux puis ruiné à celle de Niort.



17-marsais-1.jpg 

 

Commentaires (4)

1. guillons (site web) 02/10/2015

Alors vous devez connaître la famille Cornet, les ânes et la savonnerie ?

2. Jean-Claude Cousin 28/04/2015

Bonjour. Amusantes toutes ces données (je connaissais certaines des réponses). Si l'on reprend la photo du pigeonnier de Saint Georges de Rex, je suis né dans la maison dont on voit le pignon à droite.

Je parle de ma commune icihttp://bab007-babelouest.blogspot.fr/2012/11/une-commune-si-oubliee-saint-georges-de.html.

3. nous 17/01/2012

les cousins nés dans la région doivent connaitre les réponses.
qui aura tout juste !!!!

4. moi 16/01/2012

c'est totalement injuste, si ça se trouve tu ne les connais même pas...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site